Matam/un homme atteint de VIH-Sida accusé d’avoir violé une fille de 12 ans: “je n’ai jamais fait de pénétration avec elle”, accusé

Habib Konaté, puisque c’est de lui qu’il s’agit, domicilié au quartier Madina-École connaissant son statut de séropositif depuis 4 ans et qui était même en traitement serait l’auteur des faits. Il a été présenté ce lundi 13 décembre par la Brigade Spéciale de Protection des Personnes Vulnérables de la Belle-vue.

A en croire l’explication de d’Adjudant chef Ansoumane Camara, chef cellule des Mineurs en conflits avec la loi de la Brigade Spéciale de Protection des Personnes Vulnérables de la Belle-vue, l’acte s’est déroulé dans la soirée du 3 décembre dans le quartier Madina École. Le présumé violeur du nom de Habib Konaté la quarantaine et chauffeur de son état, atteint du VIH-Sida, aurait abusé d’une mineure de 12 ans à 5 reprises. Le dernier acte, il aurait été surpris en flagrant délit sur la fillette dans sa chambre, selon les explications.

« Chez lui (Présumé violeur, ndlr) à quelques mètres de sa chambre se trouve un forage où, les enfants ont l’habitude d’aller puiser de l’eau. Et souvent, quand il aperçoit la fille (victime), il l’appelle et lui dit de lui acheter du pain. Et quand cette dernière revient de la commission, il lui dit d’aller déposer le pain sur la table dans sa chambre, et quand elle rentre, aussitôt il ferme la porte et fait ce qu’il veut faire de la fille. Cela a duré une fois, deux fois et trois, c’est la quatrième fois qu’ils ont été surpris par une des camarades de la fille. Cette dernière a alerté le voisinage qui est venu taper la porte et on trouvé Habib Konaté en plein ébat sexuel avec la petite fille », narre cet officier de la BSPPV.

Pris la main dans le sac, c’est grâce a l’intervention de la police et de la gendarmerie que le présumé violeur Habib Konaté avait échappé de peu a un lynchage public.

« Le Monsieur (Habib Konaté) vu son statut, n’a pas nié et a reconnu les faits. Il a lui-même avoué qu’il souffre du VIH. Que sachant son statut, il ne couchait pas avec la petite fille, mais passait par les attouchements (caresses, embrassades…) jusqu’à sa jouissance. Il n’a pas nié les faits parce qu’ils ont été pris en flagrant délit ».

Après l’interpellation d’Habib Konaté, la Brigade des personnes vulnérables à insister auprès de la famille du mineur violé afin de pouvoir connaître le statut après avoir été violée par un séropositif, mais la famille de la victime dit ne pas être disposée à cette démarche et préfère arranger l’affaire à l’amiable étant déjà des voisins de très longue date avec la famille du présumé violeur. Ce dernier quant à lui, reconnaît son tort et demande pardon pour son acte.

« La masturbation, je le faisais avec la fille afin de me satisfaire. Mais sachant que je suis malade, je ne voulais pas la contaminer c’est pourquoi je n’ai jamais fait de pénétration avec elle(…) à la famille de la victime, je lui demande de me pardonner. Je ne vais plus le faire », at-il plaidé.

Le présumé violeur sera déféré devant le procureur dans les heures et la Brigade Spéciale de Protection des Personnes Vulnérables dénonce cette pesanteur sociale et culturelle qui consiste à faire des arrangements entre familles après les cas de viols.

Moussa Rama, pour Lerevelateur224.com

La Rédaction

La Rédaction

Journaliste Directeur de Publication du site d'information Lemakona.com. Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 621 82 52 83 ou 656 29 01 96.