Mamadi Doumbouya, President of the National Committee for the Reconciliation and Development, President of the Republic of Guinea, Head of State, addresses the general debate of the General Assemblyโ€™s seventy-eighth session.

๐—ก๐—ฒ๐˜„ ๐—ฌ๐—ผ๐—ฟ๐—ธ, ๐—น๐—ฒ ๐Ÿฎ๐Ÿญ ๐—ฆ๐—ฒ๐—ฝ๐˜๐—ฒ๐—บ๐—ฏ๐—ฟ๐—ฒ ๐Ÿฎ๐Ÿฌ๐Ÿฎ๐Ÿฏ
Monsieur le Prรฉsident,

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de dรฉlรฉgation,

Monsieur le Secrรฉtaire gรฉnรฉral,

Je voudrais avant de commencer, Monsieur le Prรฉsident, vous adresser les chaleureuses fรฉlicitations de la dรฉlรฉgation guinรฉenne pour votre brillante รฉlection ร  la prรฉsidence de la 78รจme session ordinaire de lโ€™Assemblรฉe gรฉnรฉrale des Nations Unies.

Je voudrais รฉgalement devant cette auguste assemblรฉe, vous assurer du soutien de mon pays.

Je souhaite par la mรชme occasion rendre un hommage mรฉritรฉ ร  votre prรฉdรฉcesseur, Monsieur CSaba Kล‘rรถsi de la Hongrie.

ร€ Monsieur le Secrรฉtaire gรฉnรฉral, Monsieur Antonio GUTERRESS, je le remercie pour le dรฉvouement avec lequel il dirige notre organisation.

Monsieur le Prรฉsident,
Mesdames et Messieurs,

En venant prendre part aux travaux de la 78รจme session ordinaire de notre Assemblรฉe, je voudrais mโ€™acquitter dโ€™un devoir, celui de vous transmettre les chaleureuses salutations du peuple souverain de Guinรฉe.

Mon pays qui continue de fonder un espoir en lโ€™Organisation des Nations Unies pour trouver des solutions idoines aux questions auxquelles notre monde continue dโ€™รชtre confrontรฉ. Dans ce cadre, nous pensons que les fondamentaux qui ont sous-tendu ร  la crรฉation de notre organisation doivent sโ€™adapter aux mutations profondes de notre sociรฉtรฉ.

Lโ€™objectif du thรจme de la prรฉsente session ยซ Paix, prospรฉritรฉ, progrรจs et durabilitรฉ ยป, est dโ€™actualitรฉ, รฉvocateur et mรฉrite une attention particuliรจre de notre part.

Epidรฉmie de coup dโ€™รฉtat en Afrique. Aprรจs celle de la Covid-19, le continent est frappรฉ par celle des putschs militaires. Notamment dans les pays francophones du sud du Sahara. Cโ€™est tout le monde qui les condamne. Qui les sanctionne. Qui sโ€™รฉmeut de la rรฉapparition brusque de cette pratique que lโ€™on croyait rรฉvolu. A juste titre.

Mais jโ€™ai envie de dire que la communautรฉ internationale doit avoir lโ€™honnรชtetรฉ et la correction de ne pas se contenter de dรฉnoncer les seules consรฉquences, mais de sโ€™intรฉresser et de traiter les causes.

Les coups dโ€™Etat, sโ€™ils se sont multipliรฉs ces derniรจres annรฉes en Afrique, cโ€™est bien parce quโ€™il y a de raisons trรจs profondes. Et pour traiter le mal, il faut sโ€™intรฉresser aux causes racines. Le putschiste nโ€™est pas seulement celui qui prend les armes pour renverser un rรฉgime. Je souhaite que lโ€™on retienne bien que les vrais putschistes, les plus nombreux, qui ne font lโ€™objet dโ€™aucune condamnation, cโ€™est aussi ceux qui manigancent,
qui utilisent la fourberie, qui trichent pour manipuler les textes de la constitution afin de se maintenir รฉternellement au pouvoir. Cโ€™est ceux en col blanc qui modifient les rรจgles du jeu pendant la partie pour conserver les rรชnes du pays. Voilร  les putschistes les plus nombreux.

Monsieur le Prรฉsident,
Mesdames et Messieurs,

Je fais partie de ceux qui, un matin, ont dรฉcidรฉ de prendre nos responsabilitรฉs pour รฉviter ร  notre pays un chaos complet. Une situation insurrectionnelle. Aucune force politique, toutes complรจtement neutralisรฉes ร  lโ€™รฉpoque, nโ€™avait le courage et les moyens de mettre un terme ร  lโ€™imposture que nous vivions. La rectification institutionnelle ร  laquelle mes frรจres dโ€™armes et moi avons pris nos responsabilitรฉs le 5 septembre 2021 nโ€™รฉtait quโ€™une consรฉquence de cette situation de chaos qui avait finit par fissurer le tissu social et mettre ร  mal le vivre ensemble.

En Afrique, notamment en Afrique de lโ€™Ouest, nous assistons avec lโ€™รฉvolution de nos sociรฉtรฉs ร  des prises de responsabilitรฉs par les Forces de Dรฉfense et de Sรฉcuritรฉ qui suscitent interrogations, rรฉflexions et actions de la Communautรฉ internationale. La question que nous devons nous poser face ร  cette situation est la suivante : pourquoi les transitions militaires maintenant ? Je ne prรฉtends pas avoir toutes les rรฉponses ร  cette question. Mais, je voudrais donner des รฉlรฉments de rรฉponse ร  partir de lโ€™expรฉrience vรฉcue dans mon pays par le peuple de Guinรฉe et par-delร  dโ€™autres pays de lโ€™Afrique de lโ€™ouest confrontรฉs aux mรชmes rรฉalitรฉs.

Sans รชtre exhaustif, nous pensons que les transitions qui sont en cours en Afrique sont dues ร  plusieurs facteurs parmi lesquels on peut citer les promesses non tenues, lโ€™endormissement du peuple, le tripatouillage des constitutions par des dirigeants qui ont pour seul souci de se maintenir indรฉfiniment au pouvoir au dรฉtriment du bien-รชtre collectif. Aujourdโ€™hui les peuples africains sont plus que jamais รฉveillรฉs et dรฉcident de prendre leur destin en main.

La mauvaise rรฉpartition des richesses crรฉe des inรฉgalitรฉs sans fin, la famine, la misรจre qui rendent le quotidien de nos populations de plus en plus difficiles. Ces inรฉgalitรฉs font partie des causes des รฉvรฉnements qui mettent en pรฉril le vivre-ensemble. Quand les richesses dโ€™un pays sont dans les mains dโ€™une รฉlite alors que des nouveau-nรฉs meurent dans des hรดpitaux par manque de couveuse, il nโ€™est pas surprenant que dans de telles conditions nous assistons ร  des transitions pour rรฉpondre aux aspirations profondes du peuple.

Lโ€™Afrique souffre dโ€™un modรจle de gouvernance qui lui a รฉtรฉ imposรฉ. Un modรจle certes bon et efficace pour lโ€™occident qui lโ€™a conรงu au fil de son histoire, mais qui a du mal ร  sโ€™adapter ร  nos rรฉalitรฉs, ร  nos coutumes, ร  notre environnement. Hรฉlas la greffe nโ€™a pas prisโ€ฆ, Je sais que lorsque je dis cela, tout de suite ils sont nombreux ร  se dire ยซ encore un bidasse qui veut tordre le cou ร  la dรฉmocratie ยป ยซ encore un soldat qui veut imposer sa dictature ยป.

Cependant, de faรงon trรจs claire, sans hypocrisie, sans faux semblant, les yeux dans les yeux, Nous sommes tous conscients que ce modรจle dรฉmocratique que vous nous avez si insidieusement et savamment imposรฉ aprรจs le sommet de la Baule en France, presque de faรงon religieuse, elle ne marche pas. Les diffรฉrents indices รฉconomiques et sociaux sont lร  pour le dรฉmontrer. Ce nโ€™est pas un jugement de valeur sur la dรฉmocratie en elle-mรชme. Croyez-moi. Cโ€™est un bilan. Un constat sur plusieurs dรฉcennies dโ€™expรฉrimentation chaotique de ce modรจle dans notre environnement. Une pรฉriode oรน il nโ€™a รฉtรฉ question que de joutes politiques. Au dรฉtriment de lโ€™essentiel. Lโ€™รฉconomie.

Permettez-moi de pousser lโ€™exercice de vรฉritรฉ un peu plus loin. Avec ma courte mais intense expรฉrience de gestion dโ€™un Etat, la Guinรฉe, jโ€™ai mieux mesurรฉ ร  quel point ce modรจle a surtout contribuรฉ ร  entretenir un systรจme dโ€™exploitation et de pillage de nos ressources par les autres. Et une corruption trรจs active de nos รฉlites. Des leaders nationaux ร  qui on a souvent accordรฉ des certificats de dรฉmocrate en fonction de leur docilitรฉ ou de leur aptitude ร  brader les ressources et les biens de leurs peuples. Ou encore de leur facilitรฉ ร  cรฉder aux pseudo recommandations et injonctions de certaines institutions internationales au service des grandes puissances.
Je dois dโ€™ailleurs dans ce sens confesser que tout ce ร  quoi je fais face dรฉpasse toute imagination. Se sont les mรชmes qui professent la dรฉmocratie, la transparence, la bonne gouvernance, qui dรฉnoncent la corruption, qui dictent les rรจgles. Cโ€™est eux qui en off, trรจs discrรจtement et sournoisement redoublent de pression pour nous faire cรฉder notre patrimoine dans des contrats lรฉonins.

Je comprends aujourdโ€™hui certains dirigeants, quelques-uns de mes prรฉdรฉcesseurs qui, parce quโ€™ils avaient des fragilitรฉs, parce quโ€™ils รฉtaient sous pression, ou parce quโ€™ils trainent des casseroles ou surtout parce quโ€™ils avaient un agenda politique ont cรฉdรฉ ร  ce quโ€™on leur demandait. Je les comprends sans les approuver. Certains mโ€™ont mรชme rappelรฉ que si jโ€™avais un agenda politique je serais moins ร  lโ€™aise pour mener ร  bien les rรฉformes auxquels mon gouvernement et moi nous nous sommes attaquรฉs.

Une chose est certaine, nous nโ€™avons quโ€™une seule prรฉoccupation. Le bien-รชtre du peuple et le vivre ensemble. Cโ€™est cela notre prioritรฉ. Cโ€™est pourquoi la transition que je dirige a choisi de se consacrer avec mรฉthode en fixant des objectifs clairs dans un ordre prรฉcis. Le social, lโ€™รฉconomie et le politique.

Monsieur le Prรฉsident,
Mesdames et Messieurs,

Mon uniforme je lโ€™ai mise au service de mon peuple. Je vous serais reconnaissant de respecter ce serment. De nous tenir ร  distance respectable des divisions de toute sorte que beaucoup essaient de nourrir dans nos pays. Le sahel traverse lโ€™une des crises les plus graves de sa trรจs vieille histoire.

Mais elle a les ressorts nรฉcessaires pour y faire face. Son sens lรฉgendaire de la diplomatie doit รชtre libรฉrรฉ afin quโ€™ensemble nous nous parlions sans interfรฉrence. Cโ€™est pour cela que la CEDEAO dont la vocation รฉtait รฉconomique doit cesser de se mรชler de politique et privilรฉgier le dialogue.

Nous africains sommes fatiguรฉs, รฉpuisรฉs des catรฉgorisations dans lesquelles les uns et les autres veulent nous cantonner. La population de lโ€™Afrique est jeune. Elle nโ€™a pas connu la guerre froide. Elle nโ€™a pas connu les guerres idรฉologiques qui ont faรงonnรฉ le monde des 70 derniรจres annรฉes.

Cโ€™est pourquoi nous trouvons insultant les cases, les classements qui tantรดt nous placent sous lโ€™influence des amรฉricains, tantรดt sous celle des anglais, des franรงais, des chinois, des russes et mรชme des turcs.

Nous ne sommes ni pros ni anti amรฉricains, ni pro ni anti chinois, ni pro ni anti franรงais, ni pro ni anti russes, ni pro ni anti turcs. Nous sommes tout simplement pro africains. Cโ€™est tout. Nous mettre sous la coupe de telle ou telle puissance est une insulte, du mรฉpris, du racisme vis-ร -vis dโ€™un continent de plus dโ€™un milliard trois cent millions de personnes.

Il est important dans cette prestigieuse et influente assemblรฉe que lโ€™on comprenne clairement, dรฉfinitivement que lโ€™Afrique de papa, la vieille Afrique, cโ€™est terminรฉ. Avec une population de plus dโ€™un milliard dโ€™africains dont environ 70% de jeunes totalement dรฉcomplexรฉs, des jeunes ouverts sur le monde et dรฉcidรฉs ร  prendre leur destin en main, il est venu le moment de prendre conscience que les structures, les rรจgles issues de lโ€™aprรจs seconde mondiale, en lโ€™absence de nos Etats qui nโ€™existaient pas encore sont obsolรจtes. Cโ€™est la fin dโ€™une รฉpoque dรฉsรฉquilibrรฉe, injuste oรน nous nโ€™avions pas droit au chapitre.

Cโ€™est le moment de prendre en compte nos droits, de nous donner notre place. Mais aussi et surtout le moment dโ€™arrรชter de nous faire la leรงon, dโ€™arrรชter de nous traiter comme des enfants. Rassurez-vous nous sommes suffisamment grands pour savoir ce qui est bien pour nous.

Nous sommes suffisamment matures pour dรฉfinir nos prioritรฉs, pour concevoir notre propre modรจle qui corresponde ร  notre identitรฉ, ร  la rรฉalitรฉ de nos populations, ร  ce que nous sommes tout simplement. Nous vous serions fort reconnaissant de nous faire confiance et de nous laisser mener notre barque comme vous lโ€™avez permis dans certaines rรฉgions du monde. En Asie, au Proche et Moyen Orient. Pour ne citer que ceux-lร . Cette infantilisation est du plus mauvais effet pour une jeunesse africaine qui sโ€™est รฉmancipรฉe.

Je ne saurai terminer mon propos sans souligner les menaces qui hantent la sous-rรฉgion de lโ€™Afrique de lโ€™ouest, gravement exposรฉe, aujourdโ€™hui, ร  des questions de sรฉcuritรฉ de tous ordres, de dรฉveloppement et de stabilitรฉ. Les populations de la sous-rรฉgion nโ€™aspirent quโ€™ร  une vie meilleure, au regard des leรงons quโ€™elles ont tirรฉes de leur histoire et de leur dรฉsir de vivre dans un espace et dans un monde de paix et de concorde avec les autres peuples du monde.

Dans ce contexte, nous sommes tous interpellรฉs et appelรฉs ร  procรฉder ร  une meilleure analyse de la situation, en vue dโ€™initier et de poursuivre de nouvelles politiques au bรฉnรฉfice de tous. La communautรฉ internationale doit regarder lโ€™Afrique avec des yeux neufs. Elle doit entreprendre avec elle dรฉsormais une coopรฉration franche dans un esprit de partenariat Gagnant-Gagnant.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Colonel Mamadi DOUMBOUYA, Chef de lโ€™ร‰tat, Chef Suprรชme des armรฉes